Rose a besoin de vous !

Rose Magazine est un magazine associatif indépendant. Il ne reçoit pas de subventions. Notre liberté éditoriale est donc totale. Ce sont vos dons, soutiens, legs qui nous permettent de vous garantir une information de qualité et gratuite.

Rose est une association d’intérêt général. Votre don est déductible des impôts. Rose vous propose de donner aujourd'hui et simuler votre déduction fiscale de demain.

Pourquoi donner à Rose Magazine?

En donnant à Rose, vous contribuez à :

  • Editer 200.000 exemplaires du magazine, deux fois par an. Rose Magazine
  • Distribuer gratuitement ce magazine indépendant* à grande échelle, dans les centres de lutte contre le cancer et les hôpitaux publics.
  • Nous aider dans notre projet de développement : créer un site internet où les malades et les aidants pourront échanger, chercher une information fiable et obtenir un soutien personnalisé.

* Nous n'appartenons à aucun groupe de presse

Rose logo

Bienvenue sur Rose, le magazine du cancer au féminin

Je n'ai pas de compte, je m'inscris

Forum
 
13.01.17

Sandy31130 a crée la discussion

"Cancer & Travail : Une double peine pour beaucoup"

Courir contre le cancer | Rose Magazine

  • 0
  • 0
En équipe, en famille, en groupe… Toute l’année, des foules courent contre le cancer, la mucoviscidose, le sida. Mais pourquoi "courir" ? L’analyse du philosophe Pierre Le Coz.

 

Courir pour créer du lien social

"On court ensemble. On s’inscrit souvent dans un groupe d’amis, une "team" d’entreprise: on crée ainsi du lien entre participants. C’est le contre-pied du jogging des années 80, où on trimbalait son corps, seul, dans un accoutrement particulier, un jogging, une casquette… Aujourd’hui, on habille son individualisme de moralité: on avance tous dans le même sens, avec des valeurs communes affichées."

On court pour une cause

"Souvent, les courses sont liées à des levées de fonds pour aider la recherche médicale. Il est plus valorisant de s’inscrire à un événement sportif solidaire que de juste signer un chèque! Cela rend visible un engagement. Les stars chantent et mettent, littéralement, en scène leur générosité, comme pour les Restos du cœur. Les anonymes mettent en scène leur engagement à travers une aventure sportive, une épopée. D’ailleurs, on se photographie, on tweete, on partage beaucoup durant ces épreuves."

La course à pied pour reconquérir la ville

"Le sport traduit un désir d’authenticité. Ces épreuves sont en général urbaines. Elles stoppent les voitures, se réapproprient l’espace. Dans la foulée de la course, on oppose le spontané à l’artificiel, l’écologique au toxique."

La course solidaire pour conjurer la maladie

"Courir des dizaines de kilomètres, pour un néophyte, s’avère très éprouvant physiquement. C’est un chemin sacrificiel à travers lequel le bien-portant dit à son ami malade: je cours pour toi, je souffre pour toi, j’exprime ma solidarité. Et, à la fois, je conjure la maladie: la souffrance a quelque chose de purificateur."

Courir pour accomplir un rituel

"C’est une manière laïque de composer du symbolique. On rompt avec le monde profane, on se retrouve en tête-à-tête avec soi-même dans une relation cruciale. On se découvre à travers la mise à l’épreuve de soi. Croyant ou pas, il est difficile de se libérer du "sentiment religieux", d’un regard "autre" porté sur soi. Quand je cours, je ne suis pas tout seul. Courir devient un mouvement spirituel."

La course à pied pour "reprendre la main" quand on est malade

"Le malade n’a plus de prise sur son corps qui le trahit (le cancer est l’ennemi intérieur), son corps qui s’épuise et s’altère à cause des traitements. Il n’a plus de prise sur sa vie sociale (il est en arrêt maladie), ni même sur son temps, qui se dissout dans celui de l’hôpital. En courant, en choisissant un dépassement, il reprend le pouvoir sur son corps et, par extension, il gagne le sentiment d’être maître de sa vie. C’est une revanche. Il se prouve qu’il ne part pas à la dérive, qu’il n’a pas renoncé. Courir, c’est s’affirmer comme un être vivant."

Courir contre le cancer, c’est avancer

"Le cancer est une série de pertes, d’effacements. On perd une partie de soi lors d’une ablation, on perd ses cheveux, ses ongles, ses poils, les muscles fondent, la peau se flétrit. On "recule". On se dégrade. Courir, c’est se placer à nouveau dans le sens du courant. Vers l’avenir."

Propos recueillis par Céline Lis-Raoux

 

À lire :

Le Gouvernement des émotions et L’art de déjouer les manipulations de Pierre Le Coz, éd. Albin Michel.

 

Mis à jour le 25 oct. 2016

0 commentaire

À lire aussi :

L’utilisation d’un pseudonyme est fortement conseillée afin de protéger votre vie privée sur le site. La Communauté Rose est destinée à vous permettre d'apporter votre contribution aux thèmes de discussion proposés et vous êtes informé que les données qui y figurent ne peuvent être collectées ou utilisées à d'autres fins, et tout particulièrement à des fins commerciales ou de prospection. Vous pouvez demander à tout moment la suppression de vos commentaires en vous adressant à l’Association Rose. (Coordonnées ci-après). Conformément à la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 modifiée, l’Association Rose est le responsable du traitement mis en œuvre à partir de vos données à caractère personnel au titre de la gestion de votre compte et des services qui vous sont proposés sur le site. Vous avez consenti lors de la création de votre compte par le biais d’une notice d’information, à la collecte, au traitement de vos données de santé et à leur hébergement auprès de la société ATE. Vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition des informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer auprès de l’Association Rose en vous adressant à contact@rosemagazine.fr

Pour un meilleur confort de lecture, veuillez consulter le site www.rosemagazine.fr en format paysage, en pivotant votre tablette.
Bonne lecture.
Rose Magazine