Rose a besoin de vous !

Rose Magazine est un magazine associatif indépendant. Il ne reçoit pas de subventions. Notre liberté éditoriale est donc totale. Ce sont vos dons, soutiens, legs qui nous permettent de vous garantir une information de qualité et gratuite.

Rose est une association d’intérêt général. Votre don est déductible des impôts. Rose vous propose de donner aujourd'hui et simuler votre déduction fiscale de demain.

Pourquoi donner à Rose Magazine?

En donnant à Rose, vous contribuez à :

  • Editer 200.000 exemplaires du magazine, deux fois par an. Rose Magazine
  • Distribuer gratuitement ce magazine indépendant* à grande échelle, dans les centres de lutte contre le cancer et les hôpitaux publics.
  • Nous aider dans notre projet de développement : créer un site internet où les malades et les aidants pourront échanger, chercher une information fiable et obtenir un soutien personnalisé.

* Nous n'appartenons à aucun groupe de presse

Rose logo

Bienvenue sur Rose, le magazine du cancer au féminin

Je n'ai pas de compte, je m'inscris

Forum
 
08.05.17

Dany83 a crée la discussion

"Brûlures d estomac"

Fiche
 

Info Cancer

Cancer de l'ovaire

Le cancer de l’ovaire est le 8...

Fiche
 

Info Cancer

Cancer du col de l'utérus

Les tumeurs de l’utérus se div...

Fiche
 

Info Cancer

Cancer du sein

Le cancer du sein est le plus ...

Fiche
 

Info Cancer

Troubles du cycle menstruel

Les traitements contre le canc...

Dessin Lili Sohn | Rose Magazine

Illustration de Lili Sohn

  • 0
  • 0
L'édito de la rédaction

Nous sommes au cœur de la semaine nationale du cancer. On parle beaucoup de prévention (très bien) de recherche (bravo !) – nous admirons le travail des médecins qui œuvrent pour nous laisser entrevoir une guérison et, espérons-le, un avenir sans cancer pour nos enfants. Mais en attendant cet avenir, nous sommes, nous, aujourd’hui, malades. Nous vivons, aujourd’hui, avec le cancer. Tous les jours. Toutes les nuits.

 385.000 nouvelles personnes par an exigent qu’on regarde, certes, vers la ligne radieuse de l’avenir mais également que l’on se soucie du présent. 385.000 c’est le nombre de français qui apprennent chaque année qu’ils ont un cancer.

 Parmi eux, 65.000 femmes souffrent de cancers du sein, de l’utérus ou des ovaires. Pendant ou après les traitements, ces femmes se retrouvent ménopausées et interdites d’hormones à vie. La majorité d’entre elles (70%) souffre de vaginite atrophique (leur vagin privé d’hormones s’atrophie, la muqueuse s’amincit) et de ses répercussions : sécheresse vaginale, multiplication des infections, douleur et/ou impossibilité d’avoir des rapports sexuels.

 Notre association défend les droits des patientes ; vous avez été nombreuses à nous alerter sur les coûts élevés des traitements pour accompagner la ménopause subie et vous permettre de continuer à avoir un confort et une vie sexuelle. Car, des solutions existent bien pour accompagner cette ménopause, mais elles sont saturées d’hormones et donc interdites aux malades que nous sommes. Les dispositifs médicaux sans hormones ne sont pas remboursés. Pourquoi ? Parce qu’elles n’ont pas obtenu de la Haute Autorité de Santé, une ASMR (Amélioration du Service Médical Rendu) suffisante, sésame pour bénéficier d’un remboursement. L’INCa (Institut national du cancer) a lancé une étude clinique concernant le Mona Lisa Touch qui durera deux ans : le temps nécessaire pour obtenir un consensus scientifique sur le service médical rendu. Restera ensuite à instruire le dossier. Le temps de l’administration n’est pas celui de la vie.

 Apparemment, une activité sexuelle empêchée ne semble pas un problème de santé publique urgent dès lors que l’on s’adresse à des femmes.

 Les hommes qui ont subi une chirurgie agressive de la prostate bénéficient de deux médicaments contre l’impuissance (Edex, Vitaros). C’est légitime.

Ce qui l’est moins c’est que l’impossibilité physiologique à l’érection pour un homme soit acceptée comme un trouble sexuel mais que l’impossibilité physiologique à l’acte sexuel (absence de lubrification naturelle et de souplesse de vagin), pour une femme, ne le soit pas. Dans l’acte sexuel l’homme agit, la femme n’est « que » réceptrice. A elle de se débrouiller avec son impossibilité et sa douleur.

 La pétition de notre association est un succès (la signer) : vous êtes des dizaines sur la page Facebook à témoigner. Enfin ! Les temps changent. Nous avions tant intériorisé la violence symbolique de ces rôles sexuels que nous ne nous sommes jamais rebellées. Nous avions tant accepté notre statut de survivante que nous nous sommes résignées à une existence en demi-teinte.  Aujourd’hui nous avons la chance d’avoir une Ministre de la santé qui connaît parfaitement les problématiques de cancer, une ministre des droits de la femme hyperactive une Haute Autorité de Santé à la fois présidée et dirigée par des femmes.

 Le temps n’est plus à la résignation !

Emilie Groyer & Céline Lis-Raoux

 

 

Mis à jour le 20 mars 2018

0 commentaire

À lire aussi :

L’utilisation d’un pseudonyme est fortement conseillée afin de protéger votre vie privée sur le site. La Communauté Rose est destinée à vous permettre d'apporter votre contribution aux thèmes de discussion proposés et vous êtes informé que les données qui y figurent ne peuvent être collectées ou utilisées à d'autres fins, et tout particulièrement à des fins commerciales ou de prospection. Vous pouvez demander à tout moment la suppression de vos commentaires en vous adressant à l’Association Rose. (Coordonnées ci-après). Conformément à la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 modifiée, l’Association Rose est le responsable du traitement mis en œuvre à partir de vos données à caractère personnel au titre de la gestion de votre compte et des services qui vous sont proposés sur le site. Vous avez consenti lors de la création de votre compte par le biais d’une notice d’information, à la collecte, au traitement de vos données de santé et à leur hébergement auprès de la société ATE. Vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition des informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer auprès de l’Association Rose en vous adressant à contact@rosemagazine.fr

Pour un meilleur confort de lecture, veuillez consulter le site www.rosemagazine.fr en format paysage, en pivotant votre tablette.
Bonne lecture.
Rose Magazine