Rose a besoin de vous !

Rose Magazine est un magazine associatif indépendant. Il ne reçoit pas de subventions. Notre liberté éditoriale est donc totale. Ce sont vos dons, soutiens, legs qui nous permettent de vous garantir une information de qualité et gratuite.

Rose est une association d’intérêt général. Votre don est déductible des impôts. Rose vous propose de donner aujourd'hui et simuler votre déduction fiscale de demain.

Pourquoi donner à Rose Magazine?

En donnant à Rose, vous contribuez à :

  • Editer 200.000 exemplaires du magazine, deux fois par an. Rose Magazine
  • Distribuer gratuitement ce magazine indépendant* à grande échelle, dans les centres de lutte contre le cancer et les hôpitaux publics.
  • Nous aider dans notre projet de développement : créer un site internet où les malades et les aidants pourront échanger, chercher une information fiable et obtenir un soutien personnalisé.

* Nous n'appartenons à aucun groupe de presse

Rose logo

Bienvenue sur Rose, le magazine du cancer au féminin

Je n'ai pas de compte, je m'inscris

Forum
 
08.05.17

Dany83 a crée la discussion

"Brûlures d estomac"

Fiche
 

Info Cancer

Cancer de la peau

Il existe plusieurs types de c...

Cancer de la peau – Débat sur les cabines UV

  • 0
  • 1
Alors que les professionnels des cabines de bronzage assurent que ces dispositifs ne sont pas dangereux pour la santé, les experts sont unanimes: les cabines de bronzage multiplient par deux les risques de cancer cutané.

Vice-président de l’International Prevention Research Institute à Lyon, le Pr Mathieu Boniol est catégorique: "Chaque année, en France, 347 nouveaux cas de mélanome, parmi lesquels 10 à 76 décès", sont imputables aux cabines de bronzage. Et, d’ici trente ans, on pourrait même compter "entre 566 et 2 288 décès".

Pourtant, le Syndicat national des professionnels du bronzage en cabine affirme sur son site que "l’utilisation des cabines de bronzage est bénéfique pour la santé".

Mieux encore, ces bénéfices seraient 40 fois supérieurs aux risques: protection contre certains cancers (non cutanés) grâce à la sécrétion de vitamine D active induite par les UVA artificiels, rôle dans le soin de la dépression saisonnière, préparation de la peau au soleil…

Des "incubateurs à cancer"

Des arguments sans fondement scientifique pour le Dr Blanchet-Bardon, vice-présidente du syndicat des dermatologues-vénéréologues, qui répète depuis quinze ans que "les cabines UV ne sont ni plus ni moins que des incubateurs à cancer! Elles émettent principalement des UVA, faussement réputés inoffensifs puisqu’ils pénètrent profondément dans la peau et favorisent l’apparition des cancers cutanés".

Ce n’est pas pour rien que le Circ (Centre international de recherche contre le cancer) les a classés dans la catégorie la plus élevée des agents cancérogènes.

Aucun doute, pour Chantal Jouanno, présidente de la mission d’information du Sénat sur les dispositifs médicaux et les interventions à visée esthétique, qui s’étonne que le troisième Plan cancer se contente de "dresser le constat de la dangerosité de la surexposition aux rayonnements ultraviolets naturels et artificiels, sans apporter de réponse forte d’interdiction". Ce que, excepté pour leur usage médical (traitement du psoriasis, de l’acné…), la mission réclamait pourtant depuis 2012.

Nouvelles dispositions règlementaires ou mesurettes?

Lunettes de protection gratuites, renforcement de la qualification du personnel, messages d’avertissement sur les risques placardés sur les machines, contrôle des appareils… les nouvelles dispositions réglementaires ne seraient que des mesurettes .

"Cela ne permet pas d’éliminer le risque de mélanome chez les 8 millions de Français amateurs de soleil en boîte", insiste le Dr Caroline Robert, onco-dermatologue à l’Institut Gustave-Roussy, à Villejuif.

En attendant que la commission européenne prenne position, Jacques Bazex et Jean Civatte, dermatologues membres de l’Académie nationale de médecine, militent pour "une politique d’interdiction progressive des cabines de bronzage", comme au Brésil et dans l’état de Nouvelle-Galles du Sud, en Australie.

Céline Dufranc

Mis à jour le 4 oct. 2016

1 commentaire
  •  

    Sandrine S.

    26.04.16 à 21h02.

    Pourquoi ils n'agissent pas et ne les interdisent pas? Parce que derrière ceux sont des milliers d'emplois en Europe.

À lire aussi :

L’utilisation d’un pseudonyme est fortement conseillée afin de protéger votre vie privée sur le site. La Communauté Rose est destinée à vous permettre d'apporter votre contribution aux thèmes de discussion proposés et vous êtes informé que les données qui y figurent ne peuvent être collectées ou utilisées à d'autres fins, et tout particulièrement à des fins commerciales ou de prospection. Vous pouvez demander à tout moment la suppression de vos commentaires en vous adressant à l’Association Rose. (Coordonnées ci-après). Conformément à la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 modifiée, l’Association Rose est le responsable du traitement mis en œuvre à partir de vos données à caractère personnel au titre de la gestion de votre compte et des services qui vous sont proposés sur le site. Vous avez consenti lors de la création de votre compte par le biais d’une notice d’information, à la collecte, au traitement de vos données de santé et à leur hébergement auprès de la société ATE. Vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition des informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer auprès de l’Association Rose en vous adressant à contact@rosemagazine.fr

Pour un meilleur confort de lecture, veuillez consulter le site www.rosemagazine.fr en format paysage, en pivotant votre tablette.
Bonne lecture.
Rose Magazine