Rose a besoin de vous !

Rose Magazine est un magazine associatif indépendant. Il ne reçoit pas de subventions. Notre liberté éditoriale est donc totale. Ce sont vos dons, soutiens, legs qui nous permettent de vous garantir une information de qualité et gratuite.

Rose est une association d’intérêt général. Votre don est déductible des impôts. Rose vous propose de donner aujourd'hui et simuler votre déduction fiscale de demain.

Pourquoi donner à Rose Magazine?

En donnant à Rose, vous contribuez à :

  • Editer 200.000 exemplaires du magazine, deux fois par an. Rose Magazine
  • Distribuer gratuitement ce magazine indépendant* à grande échelle, dans les centres de lutte contre le cancer et les hôpitaux publics.
  • Nous aider dans notre projet de développement : créer un site internet où les malades et les aidants pourront échanger, chercher une information fiable et obtenir un soutien personnalisé.

* Nous n'appartenons à aucun groupe de presse

Rose logo

Bienvenue sur Rose, le magazine du cancer au féminin

Je n'ai pas de compte, je m'inscris

Forum
 
08.05.17

Dany83 a crée la discussion

"Brûlures d estomac"

Fiche
 

Info Cancer

Cancer colorectal

Le cancer colorectal est le se...

Illustration cancer colorectal | Rose Magazine

Illustration ©Matthias Malingrëy

  • 0
  • 0
Ce mois de mars se pavoise de bleu pour promouvoir le dépistage du cancer colorectal. Ce cancer, dont on parle peu, reste pourtant le troisième cancer le plus fréquent (tous sexes confondus) avec 42 000 nouveaux cas par an.

Près de 45 000 nouveaux cas de cancer colorectal, près de 18 000 décès. Ce chiffre, du fait de l’accroissement et du vieillissement de la population, a presque doublé en vingt ans.

Parmi les 30 à 40 % de patients touchés par un cancer du rectum (première partie du côlon), Béatrice, 54 ans, avoue sans détour qu’elle aurait préféré avoir un cancer du sein.

«Au moins, on peut le reconstruire, et presque ‘‘oublier’’ ensuite que l’on a un cancer. Moi, chaque jour, je vis des situations dont je n’ose pas parler. Qui m’obligent à m’isoler, à tout contrôler: ce que je mange, ce que je porte, car je suis dérangée par des troubles du transit, des culottes souillées… Envahie par la peur et la honte, qui me poussent à refuser de faire l’amour avec mon compagnon».

Rendre la maladie "visible"

Si elle ose en parler aujourd’hui, c’est pour « démystifier et rendre cette maladie visible ». Mais surtout pour pousser les autres à se faire dépister et à prendre ce cancer de vitesse. Selon un sondage Opinion Way (Voir article "Colon Day"), un quart des personnes interrogées ignorent tout de ce cancer.

A l’origine, en effet, de la plupart des cancers colorectaux, on trouve un polype, une excroissance bénigne de la muqueuse qui, dans 2 % des cas, évoluera en tumeur maligne dans les cinq à dix ans. D’où l’intérêt de la débusquer à temps. Si le dépistage des personnes à risque est plutôt efficace en France, celui de la population «normale», généralisé depuis 2009 pour les hommes et femmes âgés de 50 à 74 ans*, laisse à désirer.

Il repose sur un nouveau test «immunologique» qui consiste à rechercher la présence de sang microscopique dans les selles. S’il est positif, une coloscopie (inspection du côlon et du rectum) suivie d’une biopsie est réalisée. Mais, malgré la mise en place de «Mars bleu», qui est au côlon ce qu’« Octobre rose » est au sein, les Français méconnaissent ce cancer et boudent le dépistage.

Trouver le bon moyen de communiquer

Les campagnes de com ont du mal à faire mouche: «Un petit beurk vaut mieux qu’un gros aïe» ou «Le meilleur endroit pour faire le test, c’est chez soi». Plus sportive «Roulons pour le côlon» – invitait les Parisiens à parcourir la capitale en rollers et à visiter un côlon gonflable géant pour y découvrir, en 3D, l’évolution d’une possible pathologie.

Cette année, l’Inca (L’Institut National du Cancer) renouvelle sa campagne de spots radio «ça vous dirait de sauver une vie?» et de nombreuses manifestations vont émailler partout en France ce mois de Mars. Espérons que le message du dépistage sera entendu. Car si 50 % de la population concernée participait au programme de dépistage organisé, la mortalité de ce cancer diminuerait de 30 %.

Céline Dufranc

* 4 %, c’est le risque d’avoir un cancer du côlon avant 50 ans. L’âge moyen lors du diagnostic est  de 72 ans chez l’homme et 75 ans chez la femme.

 Avec le soutien institutionnel d'Amgen

Mis à jour le 27 févr. 2018

0 commentaire

À lire aussi :

L’utilisation d’un pseudonyme est fortement conseillée afin de protéger votre vie privée sur le site. La Communauté Rose est destinée à vous permettre d'apporter votre contribution aux thèmes de discussion proposés et vous êtes informé que les données qui y figurent ne peuvent être collectées ou utilisées à d'autres fins, et tout particulièrement à des fins commerciales ou de prospection. Vous pouvez demander à tout moment la suppression de vos commentaires en vous adressant à l’Association Rose. (Coordonnées ci-après). Conformément à la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 modifiée, l’Association Rose est le responsable du traitement mis en œuvre à partir de vos données à caractère personnel au titre de la gestion de votre compte et des services qui vous sont proposés sur le site. Vous avez consenti lors de la création de votre compte par le biais d’une notice d’information, à la collecte, au traitement de vos données de santé et à leur hébergement auprès de la société ATE. Vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition des informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer auprès de l’Association Rose en vous adressant à contact@rosemagazine.fr

Pour un meilleur confort de lecture, veuillez consulter le site www.rosemagazine.fr en format paysage, en pivotant votre tablette.
Bonne lecture.
Rose Magazine