Rose a besoin de vous !

Rose Magazine est un magazine associatif indépendant. Il ne reçoit pas de subventions. Notre liberté éditoriale est donc totale. Ce sont vos dons, soutiens, legs qui nous permettent de vous garantir une information de qualité et gratuite.

Rose est une association d’intérêt général. Votre don est déductible des impôts. Rose vous propose de donner aujourd'hui et simuler votre déduction fiscale de demain.

Pourquoi donner à Rose Magazine?

En donnant à Rose, vous contribuez à :

  • Editer 200.000 exemplaires du magazine, deux fois par an. Rose Magazine
  • Distribuer gratuitement ce magazine indépendant* à grande échelle, dans les centres de lutte contre le cancer et les hôpitaux publics.
  • Nous aider dans notre projet de développement : créer un site internet où les malades et les aidants pourront échanger, chercher une information fiable et obtenir un soutien personnalisé.

* Nous n'appartenons à aucun groupe de presse

Rose logo

Bienvenue sur Rose, le magazine du cancer au féminin

Je n'ai pas de compte, je m'inscris

Forum
 
08.05.17

Dany83 a crée la discussion

"Brûlures d estomac"

Perfusion

  • 0
  • 0
Laura* est entrée à l’hôpital en mai dernier pour soigner un cancer du canal anal. Et frôlé la mort. Ce n’est pas le cancer mais bien la chimiothérapie par 5-FU** qui a failli la tuer. Et pourtant un test prédictif de toxicité à cette molécule existe.

J’ai 47 ans. On m’a diagnostiquée un cancer du canal anal en mai dernier. Mon oncologue m’a prescrit deux cures de chimiothérapie de quatre jours. A aucun moment, il ne m’a parlé d’un test de dépistage de déficience en DPD (dihydropyrimidine déshydrogénase, ndlr). J’aurais pu suivre une partie de mon traitement à domicile mais j’ai préféré être hospitalisée. Je trouvais ça plus rassurant. Et j’ai eu raison !

Les infirmières désemparées et aucune explication

Dès le lendemain du début de mon traitement, j’ai commencé à ressentir des fourmillements dans les mains, les jambes, les pieds. J’avais des sueurs froides, des hallucinations. J’ai eu très peur.

J’ai tout de suite alerté le personnel soignant. On m’a mise sous monitoring cardiaque. Mon rythme montrait des anomalies. Je sentais bien que les infirmières étaient désemparées et ne comprenaient pas ce qui se passait. On m’a administré un anti-histaminique mais mon état ne s’est pas amélioré. Je ne comprenais pas ce qui se passait et on ne me donnait aucune explication. Cela a duré quatre jours. A trois reprises, j’ai eu l’impression de partir. J’ai appris plus tard que j’avais fait trois pré-infarctus.

Quatre jours de souffrance  avant d’arrêter le traitement qui l’empoisonnait !

Le quatrième jour, on a décidé d’arrêter le traitement. Mon oncologue est venu me voir et m’a expliqué qu’il fallait tout stopper, que je n’aurai pas de deuxième cure. J’avais fait une réaction au 5-FU (5-fluorouracile, ndlr). “Ce produit est mortel pour vous” m’a-t-il expliqué. Je me suis mise à rire : “Le cancer aussi est mortel ! Alors mortel pour mortel…” Je ne voulais pas qu’on arrête mon traitement, je ne voulais pas prendre le risque qu’il revienne.

Il m’a regardé très sérieusement et m’a fait comprendre que c’était absolument impossible. Aucun médecin n’accepterait de me prescrire ce traitement. Je risquais ma vie. Il m’a tout de même rassurée sur le fait que j’avais eu tout le bénéfice de la chimiothérapie que j’avais déjà reçue.

J’ai ensuite été envoyée au service de cardiologie d’un autre hôpital. Je suis restée une semaine sous observation. Heureusement, mon coeur n’avait pas été endommagé et j’ai pu rentrer chez moi. Au total, j’ai été hospitalisée dix jours de plus que ce qui était initialement prévu.

J’ai été très choquée par ce qui m’est arrivé et je suis contente d’avoir eu la présence d’esprit d’avoir demandé à être hospitalisée. Je n’ose pas imaginer ce qui se serait passé si j’étais retournée chez moi…

Propos recueillis par Emilie Groyer

 

 Pour plus d’information sur la toxicité du 5-FU, vous pouvez consulter notre article “Le 5-FU en 5 points

 * le prénom a été changé
** 5-fluorouracile

 

 

Mis à jour le 28 juin 2018

0 commentaire

À lire aussi :

L’utilisation d’un pseudonyme est fortement conseillée afin de protéger votre vie privée sur le site. La Communauté Rose est destinée à vous permettre d'apporter votre contribution aux thèmes de discussion proposés et vous êtes informé que les données qui y figurent ne peuvent être collectées ou utilisées à d'autres fins, et tout particulièrement à des fins commerciales ou de prospection. Vous pouvez demander à tout moment la suppression de vos commentaires en vous adressant à l’Association Rose. (Coordonnées ci-après). Conformément à la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 modifiée, l’Association Rose est le responsable du traitement mis en œuvre à partir de vos données à caractère personnel au titre de la gestion de votre compte et des services qui vous sont proposés sur le site. Vous avez consenti lors de la création de votre compte par le biais d’une notice d’information, à la collecte, au traitement de vos données de santé et à leur hébergement auprès de la société ATE. Vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition des informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer auprès de l’Association Rose en vous adressant à contact@rosemagazine.fr

Pour un meilleur confort de lecture, veuillez consulter le site www.rosemagazine.fr en format paysage, en pivotant votre tablette.
Bonne lecture.
Rose Magazine