Rose a besoin de vous !

Rose Magazine est un magazine associatif indépendant. Il ne reçoit pas de subventions. Notre liberté éditoriale est donc totale. Ce sont vos dons, soutiens, legs qui nous permettent de vous garantir une information de qualité et gratuite.

Rose est une association d’intérêt général. Votre don est déductible des impôts. Rose vous propose de donner aujourd'hui et simuler votre déduction fiscale de demain.

Pourquoi donner à Rose Magazine?

En donnant à Rose, vous contribuez à :

  • Editer 200.000 exemplaires du magazine, deux fois par an. Rose Magazine
  • Distribuer gratuitement ce magazine indépendant* à grande échelle, dans les centres de lutte contre le cancer et les hôpitaux publics.
  • Nous aider dans notre projet de développement : créer un site internet où les malades et les aidants pourront échanger, chercher une information fiable et obtenir un soutien personnalisé.

* Nous n'appartenons à aucun groupe de presse

Rose logo

Bienvenue sur Rose, le magazine du cancer au féminin

Je n'ai pas de compte, je m'inscris

Toute-puissance du chirurgien - Fantasme du chirurgien | Rose Magazine

  • 0
  • 0
"Le chirurgien symbolise le pouvoir", décrypte Thierry Janssen, psychothérapeute et ancien chirurgien. Celui de faire disparaître la maladie, mais aussi de "battre" la mort, donc de changer le cours du destin...

Le psychothérapeute poursuit : "Ce pouvoir impressionne, et évidemment, ça peut fasciner. Et c’est tant mieux. Si le malade transfère sur son médecin une puissance thérapeutique, c’est un moteur de guérison formidable !" Chez les femmes, ce transfert passe souvent par un curieux phénomène : voyant leur chirurgien "puissant", elles le voient souvent beau aussi. Comme si l’un n’allait pas sans l’autre. "Je trouvais le mien physiquement parfait. Et d’ailleurs, je taquinais souvent mon petit ami avec ça, et je bassinais aussi mes copines. Jusqu’à ce que l’une d’elles m’accompagne à mon dernier rendez-vous avec lui", se souvient Vinciane (29 ans). En sortant, elle m’a dit : "bof, je m’attendais à autre chose." Et la jeune femme de conclure: "Je m’étais fait un film ! Mais je continue de penser que c’est un type formidable."

Catherine, elle, rit encore de ce qu’elle s’est dit au moment où son chirurgien lui a ouvert la porte : "Il est canon ! C’est idiot à dire, mais ça a contribué à me rassurer. Bon, il n’était pas que grand, athlétique, brun, avec de beaux yeux clairs, il était aussi ultracompétent. Mais je me suis dit que quitte à ce qu’on m’ouvre le sein autant que ce soit un beau mec qui le fasse." Beau ou pas, l’important, tout compte fait, c’est d’être un homme.

L'homme idéal (du moment)

" Ce n’est pas forcément conscient, mais les patientes recherchent souvent notre regard masculin. Et, dans certains cas, on sent bien qu’il y a une forme d’entreprise de séduction, analyse le docteur Jean-Pascal Fyad, spécialisé en chirurgie esthétique et réparatrice à l’Institut de cancérologie de Lorraine. Ça n’arrive pas tous les jours, mais à nous de saisir ce qui se joue. Et à nous aussi, bien sûr, de rester dans notre rôle de médecin. Mais si, en pensant qu’elles peuvent plaire à un homme, nos patientes finissent par se dire qu’elles plairont à d’autres, ça fait partie du traitement !"

Confirmation de Thierry Janssen: "dans le grand moment de fragilité où elles se trouvent, où elles ne se jugent plus dignes d’être vues en tant que femmes, qu’un homme les regarde sans peur, sans jugement et avec assurance est très important." Et en plus, il les soigne. L’homme idéal, en somme! "Cela fait partie du travail du chirurgien, mais elles peuvent le vivre comme une attention particulière", observe le psychothérapeute. Au point, parfois, que certaines d’entre elles se méprennent.

Fantasme, confusion des sentiments font partie des risques du métier. Ce chirurgien exerçant dans un grand centre anti-cancer se souvient du cas d’une patiente qui, une nuit durant, lui avait laissé des messages enflammés sur sa boîte vocale. Le lendemain, il avait dû la recadrer, gentiment mais fermement, et avait senti le point de bascule, au moment où, prenant conscience de son rêve délirant, elle était comme revenue à elle et à la réalité. "Le plus drôle, conclut-il dans un sourire, c’est que si, dans d’autres circonstances, j’avais croisé cette jeune femme, par ailleurs jolie et intelligente, dans un bar, elle ne m’aurait sans doute jamais remarqué…" Qui sait ?

Mis à jour le 24 févr. 2015

0 commentaire

À lire aussi :

L’utilisation d’un pseudonyme est fortement conseillée afin de protéger votre vie privée sur le site. La Communauté Rose est destinée à vous permettre d'apporter votre contribution aux thèmes de discussion proposés et vous êtes informé que les données qui y figurent ne peuvent être collectées ou utilisées à d'autres fins, et tout particulièrement à des fins commerciales ou de prospection. Vous pouvez demander à tout moment la suppression de vos commentaires en vous adressant à l’Association Rose. (Coordonnées ci-après). Conformément à la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 modifiée, l’Association Rose est le responsable du traitement mis en œuvre à partir de vos données à caractère personnel au titre de la gestion de votre compte et des services qui vous sont proposés sur le site. Vous avez consenti lors de la création de votre compte par le biais d’une notice d’information, à la collecte, au traitement de vos données de santé et à leur hébergement auprès de la société ATE. Vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition des informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer auprès de l’Association Rose en vous adressant à contact@rosemagazine.fr

Pour un meilleur confort de lecture, veuillez consulter le site www.rosemagazine.fr en format paysage, en pivotant votre tablette.
Bonne lecture.
Rose Magazine