Rose a besoin de vous !

Rose Magazine est un magazine associatif indépendant. Il ne reçoit pas de subventions. Notre liberté éditoriale est donc totale. Ce sont vos dons, soutiens, legs qui nous permettent de vous garantir une information de qualité et gratuite.

Rose est une association d’intérêt général. Votre don est déductible des impôts. Rose vous propose de donner aujourd'hui et simuler votre déduction fiscale de demain.

Pourquoi donner à Rose Magazine?

En donnant à Rose, vous contribuez à :

  • Editer 200.000 exemplaires du magazine, deux fois par an. Rose Magazine
  • Distribuer gratuitement ce magazine indépendant* à grande échelle, dans les centres de lutte contre le cancer et les hôpitaux publics.
  • Nous aider dans notre projet de développement : créer un site internet où les malades et les aidants pourront échanger, chercher une information fiable et obtenir un soutien personnalisé.

* Nous n'appartenons à aucun groupe de presse

Rose logo

Bienvenue sur Rose, le magazine du cancer au féminin

Je n'ai pas de compte, je m'inscris

    4

Description du cancer du foie

Le foie est formé par du tissu hépatique, irrigué par de très gros vaisseaux : la veine porte et l’artère hépatique. Un cancer au niveau de cet organe peut être primitif (apparu directement dans l’organe) ou secondaire (métastases d’un autre cancer).

On distingue plusieurs types de cancers du foie :

-       les cancers nés à partir des cellules majoritaires du foie (les hépatocytes) : on parle de carcinomes hépatocellulaires ou d’hépatocarcinomes ;
-       les tumeurs rares du foie : cholangiocarcinomes (développés à partir des cellules des voies biliaires), hépatoblastomes de l’enfant (à partir des cellules embryonnaires du foie) et angiosarcomes (à partir des cellules des vaisseaux hépatiques).

Place du foie dans l'abdomen

Image : INCa, mise à jour octobre 2011

Cancer du foie : facteurs de risque et prévention

Le principal facteur de risque de développer un cancer primitif du foie, notamment un carcinome hépatocellulaire, est la cirrhose. Cette inflammation chronique altère de manière progressive et irréversible le fonctionnement du foie. Elle peut être due à une maladie (virus de l’hépatite B ou C) ou à une mauvaise hygiène de vie (consommation importante et régulière d’alcool).

D’autres facteurs de risque sont connus : 

-       la stéatose hépatique non alcoolique, essentiellement chez les personnes en surpoids, obèses, souffrant de diabète ou présentant des taux trop élevés de lipides dans le sang (cholestérol, triglycérides) : l’accumulation de graisses dans le foie provoque une inflammation qui peut évoluer en cirrhose ; 

-       l’hémochromatose génétique : le foie stocke de manière trop importante le fer provenant de l’alimentation, ce qui peut également conduire à une cirrhose.

Un suivi régulier de personnes souffrant de cirrhose est donc essentiel afin de prévenir l’apparition d’un cancer primitif du foie.

Symptômes du cancer du foie

Un cancer du foie peut rester très longtemps silencieux.

Les personnes souffrant de ce cancer vont, petit à petit, présenter quelques symptômes : perte d’appétit, amaigrissement, fatigue, nausées, vomissements, douleurs, fièvre, jaunisse, gonflement au niveau de l’abdomen, hémorragie digestive.

Ces symptômes sont le signe que la maladie est déjà à un stade avancé.

Cancer du foie : dépistage et diagnostic

Le diagnostic d’un cancer du foie commence toujours par un examen clinique : le médecin effectue une palpation de l’organe pour vérifier son volume. Il prescrit ensuite un bilan biologique (prise de sang), afin de rechercher la présence dans le sang de marqueurs tumoraux.

Echographie, scanner ou IRM viennent ensuite, afin de distinguer si l’on est en présence de nodules bénins (non cancéreux) ou d’un cancer primitif du foie. Ces examens techniques sont aussi utiles pour repérer le nombre de tumeurs, les localiser et mesurer leur taille. 

Contrairement aux autres cancers, une biopsie n’est pas toujours nécessaire dans le cas d’un cancer du foie. Le diagnostic peut être posé sans cet examen. Elle est toutefois prescrite dans certains cas, si un doute persiste. Des cellules seront alors prélevées au niveau de la tumeur et analysées au microscope pour déterminer si elles sont ou non cancéreuses.

Un bilan d’extension (scanner complet) est ensuite nécessaire afin de vérifier si la maladie est restée localisée ou s’est propagée à d’autres organes.

Traitements du cancer du foie

Les traitements proposés pour un cancer primitif du foie vont dépendre du stade de la maladie.

Si celle-ci est diagnostiquée à un stade précoce, que la ou les tumeurs ne sont pas trop importantes et sont restées localisées, l’ablation de la lésion cancéreuse (avec une marge de tissus sains autour) peut suffire. Le foie a la capacité de se régénérer et recréera le tissu retiré. Cette option n’est pas possible si l’on est en présence d’une cirrhose trop importante, puisque le foie n’est alors plus assez en mesure de se régénérer.

La greffe de foie est envisageable comme traitement d'un cancer. Après retrait total de l’organe affecté (et si la tumeur ne s’est pas propagée ailleurs), un foie (entier ou partie de l'organe) est ensuite greffé. Mais ces greffes sont rares dans le cas de cancers du foie, les personnes n’étant pas prioritaires sur la liste d’attente des receveurs.

Si le cancer n’est pas à un stade trop avancé, d’autres traitements locaux permettent de détruire la ou les tumeurs :

-       l’injection percutanée d’alcool (PEI) : de l’alcool absolu ou de l’acide acétique est injecté directement au niveau de la lésion pour la détruire ;

-       la radiofréquence : la tumeur est détruite par des ondes ;

-       la chimioembolisation transartérielle : cette technique consiste à attaquer la tumeur sur deux fronts, en administrant une chimiothérapie qui détruit les cellules cancéreuses et un produit d’embolisation qui bouche l’artère alimentant la tumeur.

Quand le cancer est diagnostiqué à un stade plus avancé, ou en présence de métastases, les traitements sont médicaux : chimiothérapie et thérapie ciblée. La chimio est malheureusement peu compatible avec la cirrhose, et il est parfois impossible de la proposer. Il existe peu d’options de thérapies ciblées pour les cancers du foie (une seule molécule connue à ce jour), mais d’autres sont en cours de développement.

Cancer du foie : statistiques

En France, près de 6 430* nouveaux cas de cancer du foie ont été diagnostiqués en 2005 (dont 79 %* chez des hommes).

Le taux de survie pour ce cancer est de 39 %* à 1 an du diagnostic et de 11 %* à 5 ans. 

*Source INCa

Plus d'infos sur le cancer du foie...

Consulter la brochure : Les cancers du foie de la Fondation ARC
Consulter la brochure : Les traitements des cancers du foie de l’INCa
Consulter la brochure : La prise en charge du cancer du foie de l’INCa

 

Fiche réalisée en partenariat avec la Fondation ARC

Mis à jour le 17 janv. 2015

Forum

Les discussions en cours :

À lire aussi :


Pour un meilleur confort de lecture, veuillez consulter le site www.rosemagazine.fr en format paysage, en pivotant votre tablette.
Bonne lecture.
Rose Magazine