Publié le 23 septembre 2013 à 17h08

Reconstruction mammaire : la bonne alliance

Sein

reconstruction cancer du sein

Réagir

Complétées par un lipomodelage, ces techniques de reconstruction mammaire assurent un résultat optimal. Par Céline Dufranc

Dédoublement du sein controlatéral

Le principe: fabriquer un nouveau sein avec son autre sein. Cela consiste à diviser le sein restant en deux, en réalisant une réduction mammaire.

Avantages: une intervention relativement courte (trois à quatre heures). Le sein « donneur » est « retravaillé », donc on y gagne esthétiquement. Absence de cicatrice dans le dos ou sur l’abdomen et pas de douleur dorsale. Le sein reconstruit devient rapidement très sensible et vraiment naturel.

Inconvénients: « Il faut faire une mammographie bilatérale régulière pour surveiller ce nouveau sein car on lui a apporté de la glande mammaire de l’autre sein, un cancer peut donc toujours survenir », conseille le Dr Marc Le Blanc, gynécologue et oncochirurgien au Centre hospitalier Bretagne Atlantique, à Vannes.

Pour qui ? Celles qui ont une poitrine initialement généreuse, à partir de 95 D.

Durée d’hospitalisation: de cinq à huit jours.

Prise en charge par la Sécu: oui.

Brava-aft®

Le principe: on va placer sur le thorax, à l’emplacement du (ou des) sein(s) ôté(s), un dôme souple relié à une micropompe. Ce système va provoquer par effet ventouse une tension homogène sur les tissus de la poitrine et créer les espaces qui recevront la graisse prélevée sur les fesses ou les cuisses.

Avantages: pas de cicatrice supplémentaire et pas de prothèse à changer tous les dix ans. Le résultat après lipofilling est ultranaturel et la sensibilité au toucher bluffante. Et c’est à vie !

Inconvénients: il faut d’abord porter l’appareil de dix à douze heures par jour, quatre semaines avant une greffe de graisse et durant deux à trois semaines après. Ce système est commercialisé par la société JBMC (qui a reçu en 2011 le 1er Prix de l’Innovation de la Société française de chirurgie plastique reconstructive et esthétique). Comptez ensuite 3 ou 4 séances d’injection de graisse sous anesthésie générale.

N° vert : 0 800 00 89 14.

Pour qui ? Celles qui ont des zones graisseuses en excès, petit ventre ou culotte de cheval.

Durée d’hospitalisaxtion: quelques heures pour chaque séance d’injection de graisse.

Prise en charge par la Sécu: l’appareil, non remboursé, coûte environ 1 500 euros. Certains centres hospitaliers en mettent à disposition des patientes. On peut aussi essayer de négocier une prise en charge avec sa caisse d’assurance maladie.

+ d’infos: assoc-patientes-reconstruction-brava.org

Diep*

Le principe: « On prélève un lambeau de peau et de tissus graisseux sous le nombril avec, pour l’irriguer, une veine et une artère. On l’emmène au niveau du sein à reconstruire, en "rebranchant" la veine et l’artère sous microscope », explique le Dr Aurélien Rousvoal, chirurgien plasticien à l’Institut Bergonié, à Bordeaux. On peut aussi effectuer les prélèvements au niveau de la fesse, mais c’est moins répandu.

Avantages: le ventre est plus plat. Le muscle abdominal étant conservé, on peut donc envisager une grossesse ultérieure et/ou continuer la pratique d’un sport.

Inconvénients: l’opération, qui dure entre cinq et huit heures, laisse une cicatrice au-dessus du pubis et autour du nombril. Encore peu répandue, cette technique nécessite une formation microchirurgicale spécifique et la mobilisation de deux chirurgiens plasticiens.

Pour qui ? Celles qui présentent un relâchement de la peau du ventre avec un excès de tissu graisseux. Il faut être non fumeuse.

Durée d’hospitalisation: quatre à sept jours.

Prise en charge par la Sécu: oui.

+ d’infos: diep-asso.fr

* Deep Inferior Epigastric Artery Perforator Flap : lambeau perforant de l’artère épigastrique inférieure profonde.

Réagissez

Bêtisier enfants - Bêtisier cancer

Ah l'innocence et le franc-parler des enfants...

Voir la suite
”Faites
”Signez

Les actus de Rose

RSS